Posted by: bastien | June 14, 2012

Premier jour à Bagan

La Birmanie, voila une destination qui m’a toujours intrigue. Pas specialement attire par l’Asie du Sud-Est (du moins, pas plus qu’une autre destination lambda), j’ai neanmoins toujours ete etrangement fascine par ce nom que je trouve magnifique. Est-ce du aux reminiscences des lectures d’enfance (Rudyard Kipling, etc.)? De la jungle birmane de l’aventurier? Je n’en sais trop rien. C’est neanmoins la que nous nous reveillons avec Manue, un matin tres tot (4h30), dans un hotel du centre de Rangoon (ou Yangon comme on l’appelle maintenant).

Je reprend rapidement mes esprits embrumes par la clim, et par le voyage que nous venons de faire : hier nous etions en Malaisie – un transit d’une journee pour visiter – et avant-hier soir nous decollions de Tokyo (Haneda) direction sud-ouest. Le programme est assez simple : Birmanie pour la Golden Week! Alors evidemment, nous allons nous cantonner aux attractions majeures, car en 9 jours, il n’y a pas le temps de rentrer en mode backpacking-bus de nuit.

Reveil a 4h30, donc. Direction l’aeroport de Rangoon, celui-la meme qui, la veille, nous a accueilli avec une belle panne d’electricite au moment de passer la douane. L’avion pour Bagan est a 6h30. Nous n’aurons qu’entrapercus Rangoon, de nuit. On a goupiller le plan ainsi, menageant plus de temps pour la capitale lors du retour.

Direction Bagan, donc, dans un petit avion de la compagnie Air Mandalay. Nous volons a moyenne altitude, aussi le sol est visible et il a l’air… sec, incroyablement sec. Ocre. Avec ca et la quelques bribes de vegetation dessechees par le soleil. Bagan augure de la bonne fournaise underground des familles! Une fois pose, l’air chaud nous accueille, mais tres vite je me rends compte que cette chaleur est tres differente de la moiteur de Kuala Lumpur. Manue me confirme tout cela, elle qui est si resistante a tout type de temps tropical ou equatorial, est LA specialiste en la matiere. Et je me rends compte que mon apprehension premiere a ce voyage – les hautes temperatures juste avant la mousson – etait un peu surfaite. Il fait chaud comme en aout dans l’Esterel. Donc c’est parfait, en somme! Bien sec.

Bagan est divise en plusieurs hameaux positionnes a differentes extremites d’une plaine centrale, une brousse parsemee de milliers de temples et de pagodes. Pres de 2000 en fait. Ces 3 jours ici vont etre l’occasion de les arpenter.

Nous posons nos valises a l’hotel Tabahar@Gate, aux portes de Old Bagan. Hotel tres bien (on s’est fait plaisir, on en avait besoin), accueil fantastique, cadre colonial reussi, pas too much, bref, ideal pour faire un vrai break. On est vraiment pas decu des chambres, et du site, qui se fond bien dans le paysage de la region.

La region de Bagan est adossee a un coude fluvial, la Riviere Ayeyawady. Old Bagan occupe le coude nord-ouest. Plus loin au sud le long du fleuve se trouve New Bagan. Et vers l’est on arrive apres 5-6 kilometres a Nyang U. Toute la region est la capitale ou plutot le centre du Royaume de Pagan (on ne dit que Bagan que depuis recemment), empire majeur de l’histoire de Birmanie de 849 a 1298, jusqu’a la prise de controle mongole. C’est sous la dynastie eponyme que le bouddhisme theravada s’est implante et developpe dans le pays (puis dans le reste de l’Asie du Sud-Est).

La legende raconte que Marco Polo est passe par Bagan et aurait decrit l’endroit comme des plus belles visions du monde. La multitude de pointe de pagode qui depasse de la brousse sont, vues depuis le taxi, autant d’appels a l’exploration. On ne realise pas encore la grandeur du site et le nombre de stupas qu’il contient. Nous choisissons de commencer la visite du site en horsecart. Il s’avere que le local avec qui nous partons a l’aventure est parfait : pas trop bavard, gentil et fournissant juste ce qu’il faut comme explication dans l’anglais rudimentaire qu’ils baragouinent tous. Le cheval s’appelle Popo.

Nous partons vers le sud et New Bagan, nous arretant en chemin a la pagode de Ayebadana Pahto ainsi qu’a Nagayon. Chacun des “pahto” du site contient une cavite interieure, dans laquelle on trouve un ou plusieurs (souvent 4) statues de Bouddha, orientees vers chacun des 4 points cardinaux. Ces premiers sites ne sont pas les plus interessants ; pour autant on y croise beaucoup de visiteurs. Sur chaque site nous devons en outre nous dechausser, ce qui permet de mesurer la temperature du sol roussi par la chaleur de midi directement avec la plante des pieds! Certains revetements ont une temperature de surface plus agreable pour nos orteils d’occidentaux dormant dans des draps de satin.

Abeyadana est renommee pour ses fresques interieures (que nous ne pourrons pas immortaliser correctement sur des photos la plupart du temps, faute de trepied). L’Unesco y fait un travail de restauration depuis 1987. Elle est de style Sinhalese et sa stupa (les sortes de cones dores) a ete construite par Abeyadana, la femme bengali de Kyanzittha, qui l’a attendu ici pendant que son mari se cachait pour echapper a son predecesseur le Roi Sawlu. Le Bouddha contenu dans Nagayon voit un dragon-serpent (naga) sculpte dans sa voute. Kyanzittha construit ce temple en 1192 a l’endroit de sa cachette pour echapper a Sawlu.

Plus loin, apres New Bagan (agglomeration de petites echoppes sur quelques rues poussiereuses), nous arrivons a Lawkananda Paya, une stupa impressionante ou nous nous faisons aborder par des hawkers, veritable charme ou fleau c’est selon, de Bagan. Un peu comme au Maroc, ils ne te lachent plus si tu commences a leur parler. Ils bredouillent quelques phrases dans toutes les langues, y compris le francais. Lawkananda Paya contiendrait une relique de dent de Bouddha. Elle servait de point d’ancrage aux bateaux môn en provenance du Arakan et du Sri Lanka. Elle date de 1059.

Nous remontons vers Old Bagan en nous arretant en chemin a Gubyaukgyi, qui contient des peintures remontant a l’origine du site en 1113, construit par Rajakumar, le fils de Kyanzittha. Elle a un style indien, un peu comme Abeyadana pahto qui contenait des figures et representations de Brahma, Vishnu et Shiva ou Indra. Juste a cote se trouve Myazedi (stupa d’emeraude de style pyu), qui contient des monuments graves d’inscriptions en 4 langues (pyu, môn, pali et vieux birman), sorte de pierre de Rosette locale ayant permis de retrouver aussi la chronologie des differents rois.

Nous faisons une pause dejeuner dans un boui-boui local juste a cote de notre hotel, et apres une sieste pour laisser passer les grosses chaleurs de la journee, on repart, cette fois en direction de la Central Plain, qui contient nombre de monuments, et des plus massifs.

 

Apres un crochet au nord de Old Bagan vers un monastere proche de Upali Thein ou un apprenti moine nous a montre des textes graves sur bambou datant de 1700 et quelques, notre horsecart mene lentement mais surement par le fringant Popo nous charrie jusqu’a un petit promontoire perdu dans la brousse. De son sommet, on a un spectacle et une vue saisissante sur le site. L’horizon lointain et la foultitude de temples s’etalant a pertes de vue.

Htilomindo Pahto, construit en 1218 a l’endroit ou Nantaungmya fut couronne roi. Les murs contiennent des sculptures bien preservees. Beaucoup de vendeurs, mais on a apprecie marcher dans les couloirs frais et croiser de nouveaux 4 Bouddhas alignes selon les ouvertures des temples aux 4 vents.

Nous continuons le sentier poussiereux et arrivons a Thabeik Hmauk, le “Temple du Boycott” qui fut construit en reponse au temple Sulamani tout proche (ils ont des designs similaires, avec une sikhara au sommet) ordonne lui par le cruel roi Narapatisithu.

Dhammayangyi est un peu different des autres temples : plus massif, un peu plus ancien compare aux autres construction de la Central Plain, il a une forme de pyramide maya ou egyptienne. L’interieur contient des couloirs perces d’ouverture dans des murs incroyablement epais et donnant sur l’environante et silencieuse plaine. L’histoire du temple est un peu difficile a ecouter, avec un roi Narathu qui faisait couper les bras aux ouvriers qui ne s’appliquaient pas assez a la tache. Le roi Narathu avait tue pere, frere, et meme sa femme (qui avait eu l’outrecuidance de pratiquer des rites hindous). Le temple n’etait pas fini quand le roi a ete assassine en 1170. Certains passages auraient alors ete remplis de briques en guise de retaliation. Le dome au-dessus de quelques niveaux de terasses ne semble pas termine non plus.

L’interieur est par contre toujours aussi splendidement decore.

Ce double Bouddha localise dans une arriere coursive du temple est une representation parait-il assez rare dans la region (le fait d’en avoir deux).

Le vaillant Popo continue sa course dans la chaleur de la brousse.

Nous avons vu le couche de soleil sur Pyathada Paya, un temple perdu au milieu de la Central Plain. La terrasse est la plus grande de tous les temples de Bagan, d’ou son succes pour les touristes. Mais la, ormis un car de touristes francais qui semble etre la en voyage organise par leur CE (vous savez, le genre de voyage avec Genevieve de la compta qui  montre ses seins a la soiree barbecue du western bar de l’hotel), nous sommes seuls. Et la vue est sensationnelle.

Jusqu’a ce que la pluie s’invite, faisant fuir les cars de touristes. Du coup nous nous sommes retrouves completement seuls, et sur le dernier quart d’heure, la pluie a cesse, et le soleil a fait une derniere apparition orangee juste au dessus de Dhammayangyi avant de sombrer derriere l’horizon. Les quelques gouttes n’ont pas attenue la qualite du spectacle, au contraire peut-etre meme. Le temple date du 13eme siecle et a un style assez particulier, avec des arches, etc.

Nous avons egalement une vue sur tous les temples et pagodes majeures de la plaine qu’il nous reste encore a visiter (ca fait un peu teasing pour la journee de demain).

Nous revenons a Old Bagan et partons en quete d’un restaurant non indique dans le LP mais dont nous avons eu vent par Internet : “Pyar Nui”. Excellente cuisine vegetarienne (aubergines, coconut rice, lemon salad). En fait nous avons dine ici 3 soirs de suite tellement c’etait bon. On s’est couches a 21h, sans demander notre reste.


Responses

  1. Cool vivement la suite


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: