Posted by: bastien | January 17, 2011

Pyongyang: Musée de la Guerre, Tour du Juche et fête foraine

Le Musée consacré à la Guerre de Corée offre une vision tout à fait intéressante de l’histoire. Evidemment en Europe, peu de personnes ne connait ni les Coréens, ni les Américains, ni cette guerre – brutale et massive, ni le lointain pays de Corée d’ailleurs. A partir de la Seconde Guerre Mondiale, nous autres européens avons trop souvent tendance à perçevoir les Américains qu’au travers du seul prisme du débarquement de Normandie. C’est oublier la Guerre du Pacifique, la rémission du Japon, la libération puis le partage (dans le cas de la Corée) des ex-colonies japonaises.

Du coup, la Guerre de Corée n’est même pas enseignée dans les cours d’histoire chez nous – ou alors au mieux comme une “bricole asiatique”. Ce musée contient nombres d’objets qui peuvent témoigner de l’intensité et du caractère majeur de ce conflit sanglant, en plus de proposer une vision tout à fait contradictoire avec la version “officielle” sanctionnée par Wikipedia et l’occident bien pensant.

Musée de la Guerre de Corée

Notre guide est une sympathique officier toute souriante. Elle parle coréen mais nous avons un interprête pour nous traduire ce qu’elle relate, à savoir essentiellement la chronologie de l’histoire de la Guerre de Corée.

Comme on le sait tous, les soldats de la République Populaire de Chine sont venus en renfort quand les forces de la coalition occidentale eurent repoussés les communistes proches de la frontière chinoise.

Nous passons ensuite dans un grand hangar où sont exposés des véhicules de tout type datant de cette époque. On reconnaît notamment des blindés soviétiques, des MiG-15, etc.

Apres moult dioramas commentés et animés, la visite s’achève. Nous avons pu un peu discuter avec la guide. Elle nous a demandé si on était allé voir le spectacle d’Arirang, ce à quoi nous répondons par l’affirmative. Nous lui avons demandé si elle l’avait vu et la, elle a souri et rigolé timidement, puis déclaré presque gênée qu’elle avait participé au spectacle il y a deux ans.

Tour des Idées du Juche

La Tour du Juche contient une sorte de voûte sur laquelle de nombreuses plaques témoignent du caractère international des idées du Juche. De nombreux cercles de réflexions, mais aussi des particuliers ont fait cadeau de ces plaques, pour la plupart il y a plus de 30 ans.

La statue représentant l’alliance des ouvriers, des paysans, et des intellectuels (le pinceau). A distinguer donc, de la seule faucille et marteau des soviétiques russes ou du Parti communiste chinois.

Mémorial de la Guerre de Corée

Après la tour du Juche nous revenons sur une place assez large, ornée de multitudes de statues aux thématiques toujours très guerrières et militaires. L’arche se situant au sortir de cette place, gravée de ces deux dates 1950 – 1953 ne laisse peu de place au doute quant à ce que ces constructions sont sensées commémorer ou rappeler.

J’ai voulu faire le malin avec l’angle de vue de ce portique en pierre rouge et la pente du Ryugyong Hotel.

J’aime tout particulièrement cette photo, qui donne un petit côté surréaliste, futuriste aux accents très oshiiens (Ghost in the Shell, Avalon, Patlabor 2) à ce paysage urbain.


Fête foraine

Cette soirée aura été une des plus improbables de toutes, car nous nous sommes retrouvés au milieu de la foule venue en nombre profiter des quelques attractions d’une fête foraine en plein coeur de Pyongyang. Et là où nous nous attendions à faire des manèges vintages, et bien quelle ne fût pas notre surprise de constater le caractère très moderne de quelques unes des grosses attractions de l’endroit.

Nous avons fait des auto-tamponneuses, avant que certains de mes compagnons de voyage ne se fassent secouer dans cette balanelle géante (et qui monte à angle droit avec le sol).

J’ai essayé ce roller-coaster assez grisant puisqu’on est littéralement allongé dans des sortes de cages en acier, et propulsé à grande vitesse sur le circuit, incluant looping et vrilles. Je crois que je n’ai jamais rien vu de tel ailleurs. La construction était robuste et semblait toute neuve. Je me demande d’où cela peut venir…

Toujours à cette fête foraine, une expérience intéressante de “comment c’était les pays soviétiques autrefois” : nous sommes 4 à vouloir acheter des gauffres, mais nous n’avons que 5 euros pour payer et la dame n’a pas la monnaie (une gauffre coûtant genre 30 centimes en euros). Alors on lui demande de nous donner pour 5 euros de gauffres. Ce à quoi elle répond : “vous êtes 4, vous aurez 4 gaufres”. Mine de rien j’aime bien ce genre de joie contrôlée… intéressant. Evidemment maintenant en Russie on vous donnera pour 5 euros de gaufres, hein. Mais à l’époque, pas sûr…

Le soir, quelques monuments symboliques sont toujours éclairés, en particulier la flamme du Juche qui dispose de son propre générateur.


Responses

  1. […] (toujours ce ton très patriotique dans la voix). L’USS Pueblo est localisé tout près du Victorious Fatherland Liberation War Museum quee nous avons visité ces jours […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: