Posted by: bastien | August 10, 2010

La traversée du Daisetsuzan – jour 1

Je suis revenu de notre trek dans le Daisetsuzan dimanche dernier. 5 jours de grand bol d’air, d’aventures, de randonnee, de paysages parfois tres sauvages et volcaniques. Francois, Claire et Mitsu m’ont accompagne et ce fut une experience que je n’oublierai pas, je pense avoir appris pas mal de trucs sur la randonnee grace a leur experience, leur aide et leur soutien.

Au niveau des animaux encontres :

  • ours = 0
  • caca d’ours = 1 gros (jour 4, dans la partie la plus sauvage du parc), 1 petit (jour 2)
  • kitakitsune (renard) = 1
  • ezoshika (cerf d’Hokkaido) = 1 harde pres du refuge de Chubetsu-dake (jour 2)
  • ezoshimarisu (ecureuils d’Hokkaido) = en nombre
  • nakiusagi (sorte de marmotte d’hokkaido) = en nombre aussi, entendues pres du Tomuraushi-yama (un des hyaku-meizan)

Un autre souvenir marquant de cette rando, c’est les paquets de flotte qu’on a du faire bouillir pour notre eau (gourdes + repas). La region est infestee par l’Echinococcus (parasite convoye par les renards, fatal et irreversible une fois detectee), et c’est pas moins de 10 litres par soir qui ont chauffes dans nos popotes pour purifier tout cela.

Pour ceux que cela interesse, le parcours suivi lors de cette randonnee est celui decrit dans le guide Lonely Planet Hiking in Japan, “Daisetsuzan Grand Traverse” (chapitre de Hokkaido).  A quelques differences pres au niveau du jour 3 (et donc 4), que je ne manquerai pas de signaler. D’ailleurs, le guide est a peu pres inutile pour la randonnee, mieux vaut par contre ne pas oublier  la carte au 1:50000 edite dans la collection Yama to Kōgen Chizu (山と高原地図).

Voici ici le recit du premier jour.

Nous nous sommes retrouves a Asahikawa samedi dernier, apres un vol Skymark en provenance de Haneda. Nous avons fait quelques courses le samedi et sommes restes dans un ryokan de la ville. Dimanche est a la pluie, mais nous decidons de partir tout de meme vers Asahidake-onsen (旭岳温泉), pour entamer la randonnee le jour suivant. Nous sommes restes a l’auberge de jeunesse que vous voyez ci-dessus. Un peu chere pour une auberge de jeunesse, mais vraiment tout confort, avec un super rotenburo, et de bons diners et petit-dejeuners. Nous avons rencontres d’autres personnes dont Thomas, un Francais fraichement debarque de Wakkanai (il travaille en offshore au large de Sakhaline), et qui projette egalement de faire la randonnee de 5 jours.

Nous decollons lundi dernier peut apres 7 heures du matin, direction le tozan-guchi du Asahi-dake.

Les deux premieres heures sont dans la foret, et fidele a mon habitude, j’y etouffe assez rapidement, d’autant plus qu’il ne fait pas froid. Je suis deja loin derriere les autres quand j’arrive a la station d’arrivee du telecabine, ou le volcan prend forme au milieu des fumerolles sulfurees.

Ce premier jour est volcanique et vert, c’est le Daisetsu-zan du nord avec cette grande caldera que j’avais deja contourne dans l’autre sens il y a 6 ans. On attaque la grosse montee a 2200 metres vers le sommet du Asahidake, le plus haut pic de Hokkaido. J’y suis alle lentement, mais surement sans trop m’arreter mine de rien. On sent aussi moins le soufre qu’il y a 6 ans je trouve. Mais le volcan a l’air toujours actif.

La vue vers le sommet est parfois dans le brouillard :

Au sommet nous avons dejeune rapidement avant de continuer. Ci-dessous, le smiley de Hokkaido, toujours la.

Une petite heure apres le Asahi-dake, nous arrivons au Mamiya-dake, un croisement. Ici nous prenons a gauche vers Naka-dake.

Et nous contournons donc la fameuse grande caldera de Ohachi-daira (御鉢平) par l’ouest via le sentier ci-dessous.

Ohachi-daira (avec le Kuro-dake en fond) :

Et au milieu coule une riviere :

Dans le brouillard, d’interessantes formations geologiques :

La caldera vue depuis le nord :

Et  derriere, plein nord donc, on a le Kuro-dake (1984 metres), au pied duquel se trouve le refuge Ishimuro et son camping vers lequel nous nous dirigeons. Derriere le Kuro-dake, les Gorges de Sounkyo.

J’aime beaucoup ce genre de composition naturelle : le blanc de la neige, le vert des alpages, mais aussi l’ocre de la terre volcanique et le gris de la lave solidifiee. Au loin, le Hokkai-dake (北海岳, 2149 metres), que nous gravirons demain.

Nous avons egalement croise un joli petit renard (キタキツネ – kitakitsune, ou “renard du nord”) en fin de journee, sur le vert chemin menant au refuge. Vraiment pas farouche, pour lui, les humains comme nous, c’est banal.

A un moment donne, une plaque de neige nous a contraint a un peu d’escalade, mais dans l’ensemble, nous n’avons eu aucune difficulte a rejoindre le refuge de Ishimuro, non-loin duquel nous avons dresse nos tentes et commencer nos operations d’ebullition d’eau pour les gourdes le lendemain. Ci-dessous Mitsu et Claire preparent des Udon, quelques minutes avant le deces de leur stove (nous avons tenu avec un seul stove sur les 5 jours sans probleme, cela dit).

La nuit tombe assez rapidement apres le diner, nous n’avons pas demande notre reste et sommes alles nous couches sans faire d’histoire. Le lendemain, un grand ciel bleu nous attends au reveil…


Responses

  1. La suite, la suite !!!!

  2. T’as bien de la chance 1
    La semaine precedente je devais faire le meme tours (j’ai dormis dans la meme auberge “de jeunesse”). Mais le temps a ete desastreux, je n’ai pu qu’atteindre le sommet d’asahidake. visibilite 5m et la meteo annoncait la meme chose pour 5 jours, ie le temps de ma traversee !

    Du coup ca fait plaisirs de voir tes photos ! Tout ce que j’ai foule du pied mais que je n’ai pas pu voir !!

  3. Salut Marc-O,

    Je crois comprendre ce que tu dis. On a croise un Americain le troisieme jour juste apres le Tomuraushi-yama, venant dans l’autre sens. Il nous a dit que la semaine d’avant il avait commence la traversee dans le meme sens que nous mais a du redescendre pour cause de mauvais temps. Il est reparti du sud du parc et a fait la semaine d’apres (en meme temps que nous) la randonnee mais dans l’autre sens.
    Il devait avoir le temps…

  4. Impressionnant ! Je me demande quel effet ça fait de s’approcher de ces fumées de soufre…

  5. Ah là là, je découvre tes images en 2013, mais qu’est-ce que ça donne envie! Est-ce que l’ascension du Asahi dake est réalisable en 1 journée? A/R sans faire la boucle de 5j?

    • Yes bien sur!!! Depuis Asahi-dake onsen ou meme Sounkyo (mais il faut se lever tot!)

      • Ca, c’est pas un problème! ^^
        Et partir du Asahi-dake onsen pour arriver à Sounkyo, ça prendrait combien de temps environ?

      • Je dirais six heures environ… 2-3h de montee du Asahidake, apres tu as bien 2-3h sur le defile. Une fois au campement (la hutte ou je suis reste le premier soir), tu dois avoir 20 minutes jusqu au Kuro-dake.
        De la tu redescend vers Sounkyo, je ne sais pas combien de temps ca prend, sans doute au moins 1h30. Mais si tu en as marre tu peux prendre le telepherique au milieu.

        Apres en bas a Sounkyo il y a pas grand chose : soit tu as reserve un onsen/ryokan/hotel, soit tu vas au campement (juste un terrain, pas de facilities).

  6. […] des régions les plus reculées et les plus sauvages du Japon. Le plus célèbre trek est « la Grande Traversée de Daisetsuzan » qui vous permet, en 5-7 jours, d’aller de Asahidake (au nord) à Tokachidake (au sud). […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: