Posted by: bastien | September 19, 2008

Iles Kouriles – Ascension du Mont Baransky

Aujourd’hui on a vraiment fait un truc de malade. Cette randonnee pour atteindre le sommet du Mont Baransky etait vraiment completement ALPHA, la aussi je suis pas pret de l’oublier. Anatoli, notre guide pour la journee, connait parfaitement la montagne, et d’ailleurs il connait assez bien l’ile pour l’avoir parcourue plusieurs fois. Mais on ne peut jamais la connaitre a fond car, sur de nombreuses portions, il n’y a tout simplement rien a part le bush. Pas de sentier. Pas de village. Pas de hameau. Et aujourd’hui, meme si je l’avais bien compris plusieurs mois a l’avance en organisant le voyage, j’ai pu me rendre compte de la difference qu’il y a entre trekker sur un sentier, et trekker dans la nature la plus sauvage.

Le Baransky n’est vraiment pas haut, a peine plus de 1132 metres. Mais comme a Hokkaido, les conditions climatiques sur les hauteurs sont subarctiques, c’est a dire que meme a ces faibles altitudes, l’environnement correspond a une altitude bien plus elevee dans les regions temperees des Alpes europeenes par exemple.

Mais treve de plaisanterie, Anatoli vient nous chercher sur les coups de 10h00, ce qui m’ennuie un peu, meme si il fait jour plus tard par rapport au Japon grace au decalage horaire, je n’aime pas partir trop tard dans la nature… habitude japonaise sans doute ou il est de bon ton de partir vers 5h00 pour profiter de la fraicheur matinale. Mais ici c’est la Russie et les coutumes sont differentes. A moi de m’y plier.

Direction la premiere station geothermique, celle de la veille. Par rapport au camp c’est a 40 minutes de marche. Nous traversons le secteur jusqu’au pied de la montagne et… Ben c’est parti, tout droit a travers la foret. Epaisse, la foret. Ce fut juste mais epuisant. Des bambous pour commencer : il faut les aplatir et se servir des bouleaux pour naviguer. Ensuite nous avons rejoint une riviere.

Mais en fait la riviere c’est vachement bien quand il n’y a pas de sentier, car c’est ca du coup le chemin! Bon sauf que ca glisse, ca trempe un peu les pieds… Mais mon experience neo-zelandaise m’avait fait voir bien pire. Ah, et j’ai oublie de vous dire, le chien sur la photo ci-dessus est en fait un des clebards de la station geothermique. Il est tout gentil-tout fou et il nous a accompagne toute cette journee. Vraiment tres sympa, enfin surtout pour lui et le repas a l’oeil qu’il s’est fait a midi au sommet avec nous (et la je tue le suspense aussi).

Sur cette photo on peut voir Christian a droite, et Anatoli au milieu. On fait une pause, cette jungle est crevante. Une trouee dans les arbres nous permet un peu de savourer de grandes vues sur cette ile. Vraiment tres sauvage tout ca. En fait ce trip sur cette ile mysterieuse d’Iturup prend parfois des allures de Lost.

Rochers, rivieres, il faut constamment marcher en se courbant pres du sol pour bien passer sous les branches. Mais au sol il faut aussi regarder ou on pose les pieds :

Et oui, c’est du caca d’ours.

Des ours, il y en a dans le secteur, mais nous avons equipes nos petites clochettes que j’ai ramene du Japon. Je suis pas specialement presse d’en voir personnellement, j’ai deja fait l’experience d’en croiser en pleine nature a Hokkaido. Mais c’est vrai que voir une telle bete reste quand meme excitant, je ne saurais trop dire pourquoi. Au dela de nos habitudes de citadins plus trop habitue a voir la nature, je pense qu’il y aussi une sorte de fascination pour ces betes imposantes, qui nous rappelle un peu notre echelle humaine. Qui rappelle aussi cette epoque lointaine, presqu’oubliee, d’une autre Terre, couverte de foret et de montagnes comme celles-ci, avec une atmosphere bien plus riche en oxygene, et ou par consequent les animaux etaient beaucoup plus grands et imposants physiquement. Ainsi, vouloir apercevoir de grands animaux, des ours, des baleines, des yetis, des lions de mer, des elephants, des gorilles, tout ca n’exprime  t-il pas en fait un desir de communier avec notre seul ancetre commun, cette planete?

Bon, j’arrete la philosophie de comptoirs.

Une fois au dessus de la ligne d’arbre, evidemment tout devient plus facile question sentier. Des fumerolles sont la, avec toujours cette odeur d’oeuf avarie. On fait une pause ici, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-apres.

Nous nous aventurons dans les fumerolles, c’est vraiment marrant en fait de regarder la forme des cheminees par lesquelles s’echappent ces respirations souterraines.

En fait on arrive a distinguer la station d’ou nous sommes partis deux heures avant. D’ici le sommet n’est plus geographiquement tres loin, mais le gradient en elevation est assez fort. Il a fallut faire attention ou nous posions les pattes pour ne pas deloger trop de pierres et causer d’eboulis.

D’ici en fait on peut voir en forcant un peu, l’endroit ou la distance entre Ocean Pacifique et Mer d’Okhotsk est la plus faible, a peine 6-7 kilometres. C’est marrant d’avoir et l’Ocean et la Mer sur la meme photo. Je challenge quiconque d’en faire autant! Geographiquement parlant, j’ai l’impression d’etre a un point unique dans le monde (historiquement aussi puisque comme je le disais dans un precedent post, c’est de cette fine bande de terre qu’est parti le porte avion pour Pearl Harbor en 1941). Mais evidemment, il faut etre dans le trip geographie-exploration pour apprecier.

Sur le dernier versant, la montagne s’arrondit un peu, et nous marchons un peu au-dessus d’herbes folles qui poussent ici a la faveur du printemps. Cela devient tres agreable mais il aura fallut un peu de temps et de patience pour parvenir ici.

Une fois sur le cratere (la photo d’apres), on a pu constater sa rotondite (a gauche), et puis aussi contempler un gros tas de lave sechee de la derniere eruption, qui date de 1951 selon Anatoli.

Nous dejeunons ici. Anatoli a encore eu assez d’energie pour descendre chercher de la neige au fond, histoire de faire du the. Cela ne faisait que 4 heures que je n’avais pas bu de the. Nous avons deguste de delicieux sandwichs avec du bon pain des Iles Kouriles, du fromage et de la saucisse locale (enfin, pour la saucisse j’ai un doute, je pense qu’ils l’importent du continent).

Anatoli raconte tout un tas d’histoire sur la region, la neige, son journal. Il prend aussi pas mal de photos. L’homme est un fieffe grimpeur, et pourtant chausse de simples bottes en caoutchouc, la ou nous avons tous notre sur-equipement des pays occidentaux en gore-tex et autres textiles techniques, des deguisements de Superman pour cacher nos pietres performances. A t-on vraiment besoin de tout ce confort?

Du sommet du Baransky on apercoit d’autres sommets d’Iturup.

Je dois bien avouer qu’une bonne sieste reparatrice, c’est parfois tres bien. Le the est bon, la region est rude, il y a tellement de choses a voir. En fait les yeux doivent se reposer aussi parfois.

Apres une heure au sommet, nous entamons la redescente. Le meilleur moment de la journee pour moi, quand nous repassons sur les tussocs. La vue est degagee a ce moment la, les nuages volent a toute vitesse, la lumiere, tout y est, on a l’impression de voler un peu.

Cette descente fut vraiment epique, et en fait on ne se rendait pas vraiment compte de la pente quand on montait : c’etait beaucoup plus raide que je le croyais, surtout pour la partie apres la foret. Une fois revenue dans la portion sous les arbres, la riviere nous a ete tres utile, car elle arrive a Rome quoi, on peut pas vraiment se perdre. Par contre vers la fin nous avons litteralement ete devores par les moustiques. Nous avons debouches sur une sorte de toundra un peu desolee et tres humide, avec le sol spongieux si caracteristique. Mais enfin, la station etait visible alors nous n’avons pas pu nous perdre.

Une fois au camp, nous avons couru vers la source d’eau chaude de la veille ou nous avons pu nous delasser dans un bain acide a pH=4. Il n’y avait personne ce jour la.

Le soir pres du feu de camp, nous n’avons pas vraiment lutte pour trouver le sommeil. Demain nous devrons rejoindre Kurilsk puis repartir vers de nouvelles aventures dans le sud de l’ile.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: