Posted by: bastien | September 8, 2008

Iles Kouriles – En Mer d’Okhotsk, Kunashir et Shikotan

Sakhaline <–> Iturup

Artur nous emmene a Korsakov sur les coups de 15h00. Je refais le meme parcours que la veille, mais a l’envers. La seule difference etant le ferry pour Iturup, un batiment russe, plus gros, charge de conteners et de passagers. Il part “normalement” en direction de Iturup. Iturup – Etorofu 択捉島 en japonais – est la plus grande des Iles Kouriles du Sud. C’est l’ile la plus orientale que reclame le Japon a son voisin russe. C’est a dire que si Iturup revenait dans le joug nippon, son point le plus a l’est deviendrait le point le plus a l’est du Japon. Ce point est actuellement situe au cap de la peninsule de Nemuro, a Hokkaido. La frontiere entre la Russie et le Japon avait ete etablie originellement (traite de Shimoda, 1855 de memoire) entre Etorofu et Urup, a l’est. C’est a cette situation que le Japon souhaite revenir.

Fin de l’aparte. Le ferry visite donc les iles de Iturup, Kunashir et Shikotan. A son bord, des insulaires rentrant chez eux, charges jusqu’au cou : certains ramenent meme d’enormes ecrans TV. On repere tout de meme quelques touristes, russes, venus de Moscou, et habilles a peu pres comme nous, en tenue de randonnee. Ils sont venus ici pour pecher et profiter de la nature. Il faut un permis special du FSB pour aller sur ces iles, je realise peu a peu combien il aurait ete absolument impossible d’aller la bas sans toute l’operation que l’on a monte avec Valentina.

Apres moult peripeties, nous parvenons enfin a nous hisser a bord (meme l’escalier est une echelle mis a l’horizontale, plutot tricky). Notre cabine est tout a fait confortable, bien que tres basique. Malgre la rouille, le navire sent le propre. Avec Valentina nous nous mettons sur le pont avant pour regader les operations de largage des amarres. Je peux voir des grues en train de charger un bateau de marchandises avec des voitures… japonaises.

Ah ben c’est sur elle va forcement moins bien marcher maintenant

Sur les routes defoncees de l’Extreme Orient russe, les voitures japonaises regnent presque en maitre, meme si en Russie on roule a droite alors qu’on roule a gauche au Japon. La debrouillardise, le gouvernement central ne peut etre partout.

Le ferry part en musique, une sorte de valse russe hurlee par le haut parleur. Comme dans un film, presque emouvant. Dans 24 heures nous serons “normalement” sur Iturup. Quand le soir tombe, nous nous retrouvons dans la cabine pour prendre le the avec Andrew, Frederik, Christian et Valentina. Nous continuons de faire connaissance. J’apprends ainsi que Frederik a servi dans la garde personnelle de la princesse de Norvege. Andrew quant a lui a travaille en Centrafrique, en Australie et a Hong Kong ou il a passe de nombreuses annees. Le the est bon, c’est un des premiers thes du voyage. Mais c’est pas le dernier ca je peux vous l’assurer. Car c’est bien simple, pendant ce voyage j’ai du boire 200 fois plus de the en 3 semaines qu’en toute ma vie.

Ci-dessous, une photo de la cabine. 2 lits superposes, une petite table.

Le diner se passe a bord du restaurant/cantine du navire. Nous dinons tranquillement quand le capitaine fait une annonce dans le haut parleur comme quoi le ferry risque de ne pas aller directement a Iturup pour cause de mauvais temps, mais d’abord aller a Kunashir et Shikotan. En fait, le ferry part toujours pour 3 jours au depart de Korsakov. L’ordre de visite importe peu, c’est la meteo qui choisi. On ne peut rien y faire.

Apres le diner, nous nous retrouvons au bar, certainement la plus grande piece du bateau, climatisee et tout, mais deserte de clients. Nous devisons autour de notre situation. Visiter ces iles devient carrement mystique. Tres protegees (zone militaire), elles ne se laissent pas approcher si facilement.

La nuit dans les couchettes est tres confortable. Apres le petit-dejeuner, on passe la matinee sur le pont. Il fait tres beau, bonne brise nord-ouest. Ci-dessous le logo de la compagnie qui gere ce service de ferry entre Sakhaline et les Iles Kouriles du Sud. Je dis du sud car les Iles Kouriles du Nord (Paramushir, etc.), bien qu’administrativement rattachees a l’oblast de Sakhaline, ne sont acccessibles en ferry que depuis le Kamchatka.

Nous longeons Kunashir et la vue est magnifique. Le Mont Tyatya (Chacha en langue ainou), le sommet de l’ile a 1819 metres, nous accueille de sa splendeur. Sa forme est tres particuliere, comme si un second volcan poussait a l’interieur du premier cratere. C’est en fait un volcan summa, un type de volcan bien particulier avec une caldera remplie par un nouveau volcan. Tres rares sur Terre, la majorite des “specimens”sont dans les Kouriles, et le Tyatya est sans doute le plus beau d’apres Valentina.

Voici mes compagnons de voyage, de gauche a droite : Andrew, Frederik et Christian.

Yuzhno-Kurilsk, c’est le nom du port ou nous allons accoster. Enfin pas vraiment puisque nous restons finalement au large, une sorte de bac nous rejoignant pour nous accoster et faire descendre des passagers et des conteners. La raison est qu’il n’y a pas de quai d’accostage a Yuzhno-Kurilsk. Il n’y en a d’ailleurs pas non plus a Iturup nous explique Valentina, et c’est pour ca que le ferry a d’abord ete a Kunashir, car le gros temps actuel a Iturup aurait empeche tout debarquement au large (l’accostage du ferry par le bac).

Ce batiment qui nous accoste a un nom japonais. Je lis “希望丸” – Espoir en francais, Valentina m’explique que c’est un cadeau des Japonais a Kunashir. En fait les Japonais sont plutot gentils avec les gens vivant sur les iles. Ils leur construisent des installations electriques, et soutiennent a fond l’export de voitures d’occasion. Ils construisent aussi des instituts d’enseignement du japonais… Leur souhait est de s’attirer la sympathie du public, et de japoniser un maximum l’ile. C’est comme ca qu’ils ont eu Hokkaido et Okinawa egalement… M’enfin la, il y a encore pas mal de boulot. “Espoir”, c’est l’espoir de voir un jour Kunashir, Iturup, Shikotan et l’Archipel des Habomai rattache a la mere patrie. Mais les Japonais le presentent aux Russes comme l'”Espoir” de bonnes relations futures. On en oublierait presque que ces iles appartiennent avant tout a leurs premiers habitants, les Ainous.

Ci-dessous, Yuzhno-Kurilsk, la plus grosse bourgade de l’ile, vue du large. Yuzhno-Kurilsk, ses department stores, ses topless bar, ses boites branchees, son festival de cinema et ses gratte-ciels insolents.

Le bac ramene conteners et passagers sur la terre ferme.

Un gros tiers des passagers nous quitte, ici parmi eux les touristes de Moscou, pas mecontents d’arriver finalement un jour plus tot a destination. Ils ont prevu un periple en rafting autour de l’ile, jusqu’au Mont Tyatya. Il faut savoir que par voie terrestre, la route s’arrete bien avant le volcan, une semaine de marche environ. Ces confins du monde russe attirent decidemment bien du monde. Nous n’avons pas l’autorisation du FSB pour debarquer sur Kunashir, mais nous pouvons distinguer pas mal de choses depuis le large. Valentina nous montre les zones militaires.

On distingue de longs tuyaux courant sur le flanc d’une montagne, sans doute pour acheminer de l’eau chaude “en ville” issue des profondeurs geothermiques aux habitants. Des fumerolles sont meme visibles depuis le large.

D’apres Valentina, il y a des locaux qui ne quittent jamais leur ile, pas meme une fois dans leur vie. L’annee est rythmee par la courte saison de peche estivale (mais quelle saison!), et le long hiver rigoureux qui recouvre la mer de glaces derivantes, empechant toute communication par navire pendant plus de 6 mois. Les Japonais en partant en septembre 1945 n’ont pas demonte les usines de traitement du poisson. C’est particulierement vrai pour Shikotan, ou nous nous rendons ensuite, apres avoir recupere les passagers montant a bord a Kunashir.

Des nuages recouvrent le Mont Tyatya au moment du depart du ferry.

Shikotan se trouve au sud-est de Kunashir, nous y parvenons assez rapidement en fait, peut etre 2 heures de traversee, et les cotes nous sont apparues. Je n’attendais pas beaucoup de Shikotan, mais j’ai vraiment trouve ses cotes et falaises fort jolies, je m’attendais a un relief beaucoup moins accidente. Et la suite nous a reserve encore bien des surprises…

Si vous regardez bien, on distingue un visage dans le jeu des ombres. Un profil pas tres grec, meme.

Le phare guide les navires a l’entree de la baie.

Le port (l’ile en a deux) ou nous nous dirigeons est situe dans une sorte de baie protegee des vents du large, et c’est un vrai spectacle pour nous que de longer ces riantes falaises et parois couvertes de verdure. L’endroit fait un peu secret, des zones militaires que l’on a normalement pas le droit de prendre en photo (gardes-cotes, etc.).

Ici le quai du port auquel le ferry s’amarre. Le nom de la bourgade en russe est Malokurilskoye, et Shakotan en ainou. Des gens sont la, venus chercher leurs proches.

L’endroit semble un peu austere, avec aussi son lot de carcasse de vieux bateaux de peches qui pourrissent au fond de la baie.

Des habitations communautaires avec des inscriptions parlant de jeunesse, avec le peu de russe que j’ai absorbe avant de venir. Valentina n’est pas la pour confirmer, elle parle avec le capitaine.

Des couleurs, ca rend de suite plus gai. On dirait presque un village en Scandinavie.

Nous passons une petite heure a quai a regarder les conteners se vider et les gens debarquer et retrouver leur proche quand…

SURPRISE!

Valentina a reussi a negocier avec les gardes-cotes pour nous autoriser a fouler le sol de Shikotan. On a seulement 45 minutes et apres verification des tickets et des passeports, et l’ordre de ne pas prendre de photos du rivage, nous descendons a quai. Tres strict, la region est comment dire? Sensible, c’est le mot. D’apres Valentina, c’est le meme cirque dans n’importe quelle region frontaliere en Russie.

Nous avions repere une eglise orthodoxe en bois depuis le ferry, et decidons d’aller voir ce que ca donne de plus pres.

Ca fait du bien d’enfin fouler la terre ferme! C’est surtout tres grisant car pas du tout prevu au programme. C’est aussi et surtout l’instant geek-de-geographie ultime : on est sur Shikotan! Non mais c’est la classe exploratoire quand meme! La je sens que le voyage commence enfin. L’imprevu. Etre perdu, un peu comme cette croix orthodoxe au sommet de la colline (cf. ci-dessous).

Avec seulement cette permission, nous comprenons quand meme pas mal de choses de la vie ici a Shikotan : des SUV de partout, des routes poussiereuses, des constructions en bois : magasins, epiceries (on a achete du chocolat) et aussi habitations.

Et aussi des ruines fantomatiques d’immeubles, non acheves car une usine majeure de poisson ayant ferme, le flux de population immigrante a subitement cesse, interrompant la construction.

Drole d’ambiance sur les rivages jonches de tessons de bouteilles… La plage de la baie de Shikotan est au moins aussi degueulasse que les plages du Japon (et je pese mes mots, meme a Hokkaido les plages sont infestees de detritus en tout genre – c’est meme un probleme a Shiretoko, recemment classe Patrimoine Mondial de l’Humanite). Ici l’emballage des detritus est surtout japonais, mais parfois aussi coreen, et russe.

Des jeunes sont la, en train de boire. Je ne peux m’empecher de penser que je suis actuellement dans un endroit paume. Tres paume.

De retour au ferry, nous avons dine et l’equipage nous a gracieusement offert un des crabes qu’ils avaient prepare pour feter l’anniversaire d’un des leurs. Diable, ce crabe etait divin, et frais de l’apres-midi. Les Iles Kouriles, Hokkaido et le Kamchatka partagent sans doute le meilleur sea food du monde. Les Russes l’ont bien compris et revendent a prix d’or aux Japonais le fruit de leur moisson. Ce que j’ai avale coute ici peut etre 3 euros le kilos, mais la valeur est multipliee par 100 une fois exportee au Japon.

Nous devrions arriver demain a Iturup, ce qui fait que nous avons perdu au final qu’une seule nuit a bord de ce ferry etant donne que nous etions censes arriver en fin d’apres-midi aujourd’hui initialement. Nous nous couchons sur ces notes positives, et le voyage qui commence a prendre forme : choses imprevues, ne pas savoir de quoi demain sera fait… Ca me manquait. Parce que s’il y a bien un pays ou tu sais ce que tu fais le lendemain, c’est bien le Japon.

Le ferry ne repartira que tard dans la nuit pour Iturup, notre destination ou nous arriverons demain matin.


Responses

  1. Dis-moi, Tinou, tu es toujours sur place ou alors tu es juste en retard pour la suite?? Je suppose qu’il n’y avait pas internet sur place, non?

    sanji

  2. Salut sanji,

    Merci pour ton message!

    En fait je recopie simplement les ecrits de mon journal de bord, que j’ecrivais un peu chaque jour au fur et a mesure, le soir dans ma tente ^^

    Pas d’internet sur place non, meme si a Kurilsk au bureau de poste, j’ai vu un poste en libre acces. Peut etre le seul de l’ile? Frederik, le Norvegien qui etait avec moi a essaye, le ping etait super lent…

    La je suis bien rentre a Tokyo, le voyage a dure du 13 aout au 3 septembre.

  3. Alors “welcome back”!

    C’est vrai que le récit faisait très “live”, d’où ma question sur le lieu de rédaction…

  4. […] Kotan sgnifie village (au sens ainou du terme, c’est a dire une dizaine de maisons)… On retrouve aussi ce mot dans le nom de l’Ile de Shikotan, vous vous rappelez? […]

  5. […] d’Okhotsk, au milieu un peu a droite, vous distinguerez une toute petite forme triangulaire : c’est le Mont Tyatya de l’Ile voisine de Kunashir! Voir la carte ci-dessous pour plus d’explications […]

  6. “s’il y a bien un pays ou tu sais ce que tu fais le lendemain, c’est bien le Japon.”

    Alors là, tout à fait d’accord…et moi je me suis bien enraciné dans ce rythme… 😦

    Sinon, fabuleux le petit trip sur Shikotan! Et alors les photos…pfiou, formidables. T’as pas un compte Flickr ou une galerie photos quelque part sur le net, par hasard?

  7. […] des Iles Kouriles, dans leur lobbying pour recuperer ces dernieres. Cela inclut donc des cadeaux. Nous avions vu le bateau baptise “Espoir” offert par le Japon pour le service de ferry a…. Voici la mini-centrale electrique. Le panneau est illisible sur la photo, mais il est marque que […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: