Posted by: bastien | March 18, 2007

DMZ & Panmunjeom~Joint Security Area : Approche de la Corée du Nord

Cette journee fut d’une part l’objectif principal de ce nouveau trip en Coree du Sud. En effet pour cause de cheveux trop longs et d’une situation diplomatique plus compliquee qu’a l’heure actuelle, il m’avait ete impossible et a grands regrets de visiter la Zone Demilitarisee (DMZ) entre les deux Corees en 2004.

D’autre part, ce fut une des choses les plus interessantes qu’il m’ait ete amene de faire en Asie. Durant toute la visite, on est partage entre un sentiment de curiosite presque malsaine : voir la Coree du Nord a bout d’objectif ou de jumelles. Essayer d’entrapercevoir une des nombreuses “verites” que l’on nous assaine a longueur de temps dans les medias, et notamment ici au Japon ou les reportages sur le “Royaume Ermite” sont legions ; sentir le frisson du danger quand on penetre dans cette zone sous tres haute tension : terrain mine, soldats intangibles, un face a face qui amene parfois a des frictions/coups de feu, etc. ; et quelque part rire (pas trop fort) du ridicule de la situation, objectivement parlant et surtout humainement parlant, cette zone demilitarisee qui n’a pas grand chose de demilitarisee est a la fois l’antichambre des negociations pour la paix et une formidable demonstration de paranoia que l’on peut difficilement ressentir ailleurs sur la planete.

7:50, on vient nous chercher directement dans notre petit motel miteux, pour embarquer quelques instants plus tard a bord d’un bus. Les gens sont principalement anglo-saxons ou japonais, Stan et moi sympathisons avec Scott, un Anglais en train d’accomplir un tour de l’Asie. Les Coreens n’ont pas acces a la Joint Security Area qui est au programme de l’apres-midi, mais pour tout le reste, notre guide nous accompagnera. En s’eloignant de Seoul, nous longeons un bout de frontiere plus physique entre les deux Corees. Voyez sur la photo ci-dessus, une haute cloture barbelee avec des vigies tous les 400 metres, un bras de riviere qui court se jeter dans la mer, et de l’autre cote, au loin, la Coree du Nord. Immeubles formant un petit hameau, montagnes.

Freedom Bridge

Nous arrivons aux abords de la DMZ, le dernier endroit accessible pour les civils Sud-Coreens. Avant de changer de bus nous allons inspecter le Freedom Bridge, qui reliait a l’epoque, avant le tournant de la guerre de Coree, Seoul et Kaesong, maintenant en Coree du Nord. Le pont existe toujours et traverse la Riviere Imjin. 13000 captifs de la guerre avaient gagne leur liberte en franchissant ce pont a l’epoque, qui gagnait ainsi son nom.

Les Sud-Coreens viennent se recueillir ici, notamment ceux, et ils sont tres nombreux, qui ont une partie de leur famille, des proches, de l’autre cote de la barriere, au Nord. On nous explique aussi que des eleves du Sud viennent y aposer le texte de chansons qu’on leur apprend a l’ecole, pour souhaiter la reunification pacifique des deux Corees. La propagande est bien presente des deux cotes.

Je ne sais pas ce qui est marque sur cette pierre non loin du pont, mais j’imagine qu’il s’agit d’un plaidoyer en faveur de la paix…

…tout comme ce temple dont le nom meme evoque la paix. On peut venir sonner la cloche moyennant reservation.

3rd Tunnel of Infiltration

Aucun civil ne pouvant se rendre par ses propres moyens plus en avant dans la zone, on nous emmene tous en bus vers le prochain point d’interet : le Troisieme Tunnel d’Inflitration. Nous passons un check point ou des militaires controlent nos passeports. On nous previent que les photos sont interdites jusqu’a ce qu’on arrive au tunnel en question. Nous traversons donc la riviere Imjin, sur un large pont barre par intermittence par du materiel antichar, obligeant les vehicules plus petits (voitures, bus) a slalomer. C’est exactement comme dans le film JSA de Park Chan-Wook, pour vous donner une idee. La route passe ensuite devant de nombreuses casernes, des patrouilles de soldats levant d’innombrables barrieres, saluant ; d’autres troupes en exercice, avec le visage portant du maquillage de camouflage ; des panneaux indiquant un terrain mine… Decidemment, vraiment pas grand chose n’est demilitarise dans cette “Zone Demilitarisee”.

Avant de plonger dans le tunnel, on nous a presente un film sur la DMZ, 15 minutes d’images explosives, de larmes de petits enfants, de propagande de l’ONU commentee par la voix des trailers de blockbusters americains. C’etait… interessant. Ensuite nous gagnons l’entree du tunnel. Nous ne sommes pas autorises a prendre les appareils photos avec nous et devons les deposer dans un casier. Ci-dessous Stan et moi juste avant la descente. Admirez nos allures sveltes.

Apres une longue descente a 11% (pas d’escaliers), nous arrivons enfin dans ce tunnel creuse a la dynamite par les Nord-Coreens dans les annees 60-70. En fait, l’ennemi a tente plusieurs fois une infiltration au Sud via des tunnels qu’il camouflait a l’ONU sous couvert de mine de charbon (les parois du tunnels ont meme ete maquillees de noir pour faire croire que). Parfois, certains de ces tunnels ont ete trouves completement au hasard en creusant pour trouver un autre. D’autres ont ete denonces par des espions venus se rendre aux autorites au Sud. Nous parcourons la totalite du tunnel jusqu’au point de contact avec le cote creuse par la Coree du Nord, qui est naturellement interdit d’acces. Il a fallut marcher en se courbant pendant plusieurs centaines de metres. Nous etions jaloux des mini-japonaises qui pouvaient se tenir debout sans probleme.

On nous explique aussi que la DMZ est maintenant une zone completement preservee de l’activite humaine, puisque c’est une bande tampon entre les deux Corees s’etalant sur plusieurs kilometres de part et d’autres du 38eme parallele. Les quelques 200 personnes qui vivent a Panmunjeom ont bien des contraintes : couvre-feu, interdiction d’avoir plus de un enfant vivant dans la zone avec eux, etc. mais aussi des avantages : pas de service militaire (long et tres contraignant en Coree du Sud), pas d’impots, une production de riz abondante. Certains font fortune, parait t-il.

Dora Observatory

Nous reprenons le bus pour cette fois nous diriger vers l’Obersvatoire de Dora, situe sur une petite colline et de laquelle la vie nord-coreenne est visible.

Un premier briefing a lieu dans le grand amphitheatre aux larges baies vitrees de l’Observatoire. On nous explique la situation, particulierement sur ce qu’on peut apercevoir de la Coree du Nord ici. Kichong-dong notamment, un village nord-coreen rebaptise “Propaganda Village” par les gens en arme ici : il est en fait vide, et c’est “just for the show”.

Faisant face a Daesong-gong cote sud-coreen, cet avant poste nord-coreen a livre une course au drapeau le plus haut avec son homologue coreen. Avec 160 metres de hauteur et un drapeau pesant pres de 300 livres, la Coree du Nord est grande gagnante de ce subtil combat de coq.

Nous sortons sur la terrasse pour pouvoir faire les observations avec les jumelles mises a dispositions (500 wons). Les photos sont autorisees qu’en deca d’une certaine ligne a 10 metres en arriere sous la veranda. Tout ceci est controle rigoureusement par les gens en uniforme ici, ca ne plaisante pas. Il est vrai qu’avec les reflets du soleil sur les objectifs, on pourrait croire en face que l’on pointe une arme en direction du Nord. Mais bon, je suis grand, et meme derriere la limite, en levant mon appareil, zoom 18-200 mm au maximum, sur la pointe des pieds, cette fois-ci j’arrive a rendre jalouses les mini-japonaises qui nous accompagnent.

La qualite ne suit pas trop, le brouillard hivernal rendant l’aspect de la region completement desseche, siberien. Avec les jumelles, on en a vraiment pour son argent : 500 wons c’est pas cher, et on peut voir assez longtemps avec.

Dorasan Station

Nous allons ensuite visiter une partie d’utopie concrete : la Gare de Dorasan. C’est en fait une gare qui a ete construite en prevision de la reunification avec le nord. La derniere gare au Sud, mais la premiere en direction du Nord, comme l’indique le slogan. Evidemment les trains ne sont pas en service, mais apparemment beaucoup esperent ici que prochainement, il sera possible de voyager vers le Nord directement depuis le Sud en prenant ce train, au moins jusqu’a la ville de Kaesong qui accueille par ailleurs souvent des delegations de diplomates/journalistes.

Meme apres avoir fait tamponner mon passeport indiquant que je quitte la Coree du Sud vers le Nord, ces gardes sont toujours la pour m’empecher de me rendre vers le quai (ou de toutes facons aucun train n’arrivera avant… pfiou!)

Voila, donc, une fois reunifiee, ca devrait donner ca, l’utopie concrete :

Joint Security Area

Nous sortons ensuite de la DMZ pour aller prendre un repas. Les gens du tour du matin nous quitte, reste Stan et moi, plus deux Australiens from Tasmania qui ont eux aussi reserve la visite de la Joint Security Area, et qui est de tres loin, la visite la plus interessante de cette journee deja pas banale. Pour l’heure nous nous regalons d’un excellent yakiniku et faisons connaissance. Nous montons ensuite dans le bus qui nous ramene dans la DMZ : re-check des passeports, re-pas le droit de prendre des photos en chemin, etc. Nous arrivons ensuite au Camp Bonifas, un camp de l’Onu tenu en grande partie par des soldats americains, et sud-coreens evidemment. A noter aussi des petits baraquements reserves a la Suisse et la Suede, les deux pays neutres de l’histoire et qui gerent un petit peu les negociations qui ont lieu entre Nord et Sud dans la JSA, et font les rapporteurs pour l’ONU j’imagine aussi. Franchement si vous voulez comprendre un peu mieux comment ca marche, allez faire un tour sur Wikipedia, ou bien regardez l’excellent film JSA de Park Chan-Wook.

On nous a d’abord fait signer une declaration dechargeant l’ONU et la Coree du Sud de toute responsabilite en cas d’incident. En effet, la zone est plutot sous haute tension. Le Sud fait directement face au Nord ici, et leurs missiles juste planques derriere la montagne. Des fusillades eclatent parfois. On nous donne toute une liste d’instructions qu’il faut suivre rigoureusement : on ne pointe rien du doigt, on ne s’arrete pas en chemin entre le Pavillon de la Coree du Sud et les bunkers bleus sur la frontiere, on ne passe jamais derriere les gardes, on ne parle pas aux militaires du Nord ou les Volontaires de l’Armee Populaire de Chine s’il y en a (apparemment il arrive que les Chinois envoient des renforts parfois, mais peut etre le document date t-il un peu). Bref, la parano puissance 1000, mais sait t-on jamais.

Nous montons cette fois dans un bus de l’ONU vers la JSA. Voila comment se presente la chose cote Sud : des soldats qui surveillent, immobiles, sous d’epaisses Ray-Ban, a moitie cache par les bunkers, en position d’attente Tae-Kwon Do style.

Nous avons pu entrer dans un des bunkers appartenant au Sud poses sur la frontiere. Mais une fois dans le bunker, on est libre d’aller partout a l’interieur, et donc de passer physiquement la frontiere, symbolisee par cette dalle de beton ci-dessous. Le gravier est le cote Sud, le cote sable indique le Nord. Voyez, je suis en Coree du Nord! I feel so endangered…

Les negociations ont lieux sur ces tables, la frontiere coupant meme la table en deux.

Voila, derriere ce soldat et moi, c’est la porte de sortie vers le Nord. Interdiction de passer derriere le garde qui n’a pas l’air commode. J’ai essaye de lui mettre un coup de boule mais il a esquive et a replique par un Hou’ou Tenbu Kyaku facon King of Fighters. Tout ce qui est dit dans cette piece est enregistre 24h/24, 7j/7.

Nous sommes ensuite sortis des bunkers (keep moving! keep moving!), pour nous diriger vers un petit pavillon typiquement coreen depuis lequel on nous autorise a prendre des photos. Une opposition de style flagrante entre le modele Sud : batiment en cristal aux formes epurees tres 21eme siecle, capitaliste…

Et le batiment cote Nord, d’architecture eminemment sovietique.

Un garde nord-coreen : visiblement il recoit assez de nourriture pour tenir debout.

J’ai quand meme voulu prendre le plafond du pavillon sous lequel nous nous trouvons (visible aussi dans le film JSA, meme si c’est une reconstitution).

Une sentinelle du Nord : a un moment donne, le gentil soldat americain qui nous accompagnait s’est fige et planque derriere un poteau, observant l’activite a l’interieur de cette tourrelle.

On nous emmene ensuite vers le celebre “Bridge of No Return” (qui est au centre de l’intrigue du film JSA – decidemment si apres toute ce matraquage vous ne vous decidez toujours pas a voir ce film, je vais me mettre a boire). La frontiere coupe le pont en deux. Ceci explique cela.

Nous terminons par un petit tour en contrebas d’un contrefort (du joli francais tout ca!) du Sud offrant une belle vue vers le Nord.

Notamment le Propaganda Village du matin, vu sous un autre angle, et de plus pres. Ce drapeau est vraiment impressionnant. A tel point que quand il pleut il devient tellement lourd qu’il courbe le sommet du flagpole.

Voila, cette visite s’acheve. J’ai vraiment adore, c’est quelque chose d’inhabituel, de completement inedit, et qui donne une bonne occasion de reviser ses cours d’histoire. Cette DMZ est le symbole de la division de la Coree. “In Front of Them All”, pouvait t-on lire un peu partout au Camp Bonifas. Je me demande ce qu’il se dit du cote nord-coreen. En tout les cas, la DMZ est la plus fortifiee des frontieres sur la planete.

tinou


Responses

  1. En effet, ça a l’air vraiment super intéressant…mais y’a une anomalie dans ton post: t’es sur les photos 😉

  2. Et tu verras demain je mettrai non seulement des photos de moua, mais aussi des photos de nourriture!!!! Manque plus qu’un sac a main d’etudiante en art plastique et me voila transforme en blog de fille!

  3. Sympa les photos avec les gardes ^^

    Ils ont accepté facilement d’être pris en photos ?

    En tous cas bravo pour ce chouette récit 🙂

  4. Oui les gardes Sud Coreens n’ont pas trop pose de probleme a certains endroits… Mais pas partout!

  5. Tiens, je connaissais pas cette section consacrée à la Corée! En tout cas, un reportage très intéressant – cela donne envie de faire le voyage. C’est comment, déjà, le nom du film à voir absolument??

    sanji

  6. merci pour ton petit reportage.

    j’ai toujours été atiré par les endroits insolites et remplis d’histoire..

    j’ai envie d’aller là bas 😉

  7. Inutile de te mettre à boire,je vais visionner le film.

    Superbes photos et commentaires adéquates,tu devrais te lancer dans le journalisme.
    En tout cas pour l’instant je classe ton reportage en tête de mes recherches sur la DMZ.

    Merci à toi

  8. […] Quand j’avais visite la DMZ du cote sud, l’endroit etait au contraire tres riche. On raconte que les paysans qui habitent la DMZ au sud sont les plus riches de Coree car ilsn en paient pas d’impots du fait de la proximite de l’ennemi! Ils ont aussi moins d’annees de service militaire a faire. […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: