Posted by: bastien | October 1, 2005

Hong Kong : Vagabondage Express – I

Quelque part en septembre 2005…

Sensation enivrante à l’arrivée et la vue sur la forêt de buildings de l’île centrale. Les bus à deux étages, héritage londonien. Et l’arrivée dans Kowloon… comme dans un film de Wong Kar Wai (Chungking Express, Les Anges Déchus…), des néons partout, des immeubles crades, vétustes, grouillants, imposants. Des magasins à perte de vue. Des gens de tous les pays, indiens, coréens, chinois, irlandais… J’ai franchement l’impression de découvrir un nouveau monde ; je me sens comme les héros de Wong Kar Wai ou de Tsui Hark, à déambuler dans ces innombrables ruelles. Je suis constamment interpellé par les enseignes, les climatiseurs qui composent l’écorce de chaque immeuble.

Jamais un 12ème étage ne m’aura paru aussi haut (l’étage de ma guest house), comme si tout pouvait s’écrouler d’un instant à l’autre. Il y a TOUT dans ces immeubles: habitations bien sûr, hôtels, coiffeurs, pizzeria, restaurants en tout genre, magasins de vêtements, de chaussures, de livres, de sac à dos, etc. Une mini-ville dans un seul édifice qui vit au rythme du poulet curry du restaurant indien et des passants qui déambulent dans ces allées.

17 septembre.

Lever vers 07h50. Je me suis rapidement habillé et me directionne vers la sortie de la guest house. J’ai bien dormi en dortoir, dans un lit superposé certes un peu petit, mais la compagnie fut agréable puisque j’ai fait la connaissance de Jack, un irlandais partit en tour du monde. Je suis sur Nathan Road, la mythique (pour les fans de Fatal Fury – Real Bout Special comme pour les fans de Little Cheung), je passe devant la Chungking Mansion, lieu de tournage d’un film culte (photo ci-dessus).

Au ferry terminal, je prend le premier bac en direction de l’île de Hong Kong. Tout est facile, la vue sur la baie Victoria est magnifique. Les grattes-ciels sont splendides, plus par leur nombre que par leur taille (c’est exactement la sensation inverse de Taipei et son Taipei 101). Autre chose qui me marque : la vitesse des nuages dans le ciel. Mais il fait globalement beau, peut être un peu de brume matinale. Encore plus étonnant, le pied des grattes-ciels: un véritable quartier chinois, pas tellement occidental finalement.

Cela est d’autant plus vrai que l’on se dirige vers Causeway Bay, à l’est. Donc pour le moment, cela ressemble à Kowloon, en plus huppé, et surtout vu du bas. Des bouts de forêts, des arbres, des lianes rappellent que je suis sous les Tropiques. Je fais une première ballade les yeux grands ouverts et l’appareil photo en main, puis me dirige vers le Tramway qui monte sur le Victoria Peak. Il est vraiment impressionnant, on est presque à la verticale dans la montée. Il n’y a que peu de rapport finalement avec le funiculaire lyonnais, non, c’est plutôt comme la crémaillère qui monte au Nid d’Aigle à St Gervais, in the Alps, mais en moins long bien évidemment. Cela dit la vue vaut son pesant de cacahuètes, c’est superbe, c’est immense. Les buildings sont partout.

Après un petit tour, je décide de redescendre et de revenir un soir, car la vue avec les lumières doit être sensationnelle, futuriste, bien plus que Tokyo finalement quand on y réfléchit. Je redescend donc, et prend le métro pour Causeway Bay, toujours sur Hong Kong Island. Je décide de m’engouffrer dans un cinéma et de voir un film de la production locale, un film HK! J’ai choisie une comédie dramatique moelleuse, mais ce qui est bien, c’est que le film est sous-titré et en mandarin (rappel: ici les gens parlent cantonnais) et en anglais. A la sortie, il pleut. Je marche en essayant de m’abriter le long des paravents des magasins et je décide de retourner sur Kowloon vers le milieu de l’après midi.

Plus exactement, je décide de retourner à Mon Kok, qui est un condensé de Shinjuku-Akihabara, avec des néons partout, des magasins d’électronique, et des restaurants à peu près tous les 3 mètres. J’ai gouté un excellent menu au curry, pour une somme très modique, dans un espace plutôt réduit. A la sortie, la pluie + néons + nuit qui tombe = Blade Runner!!! Enorme! Je marche et marche et marche encore pour prendre la température de la ville. Quelle activité, ça grouille de partout.

Je retourne ensuite à la guest house pour me laver. Jack l’irlandais est ici, ainsi qu’un Néo-Zélandais, ancien fermier, qui s’est reconverti dans le backpacking perpétuel, et un français, qui à exactement le même parcours que moi (académique), sauf que lui son truc, c’est Singapour et ses innombrables malls, ses gens qui bossent le dimanche, ses chewing gum prohibés, etc. Apres mes ablutions, Jack et moi allons manger un morceau dans un des nombreux restaurant à l’étal du quartier. On discute de tout et de rien. Jack fait sans trop le vouloir un tour du monde, à commencer par le Transsibérien, la Chine, et maintenant l’Asie du sud-est, avant les Philippines et le Chili. Je l’envie. Il a tout plaqué à 28 ans, il est ingénieur dans le bâtiment à Dublin. Nous retournons sur Hong Kong Island, car c’est samedi soir, et nous sommes curieux de voir à quoi ressemble la vie des expats, les samedi soir, les fêtes entre locaux et expats… Les Bars au pourtour du ferry terminal sont donc ce qu’on appellent des “bars à expat”, ils sont tous là, les banquiers, les HEC bien coiffés, les Stanford au sourire dentifrice… Par contre les locaux, ils ne sont pas tellement là. Ballade agréable, mais il fait chaud! Nous sommes rentrés, puis couchés. Demain Macao.

tinou


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: